N1. Journée 22 – Epinal / CWH : 28-36

Une première et le …déjà vu !

Jamais, depuis les 6 ou 7 saisons que je m’autorise à suivre les rencontres du CWH, nous n’avions réalisé une première mi-temps aussi parfaite. Dans un Palais des Sports d’Epinal copieusement garni et magnifiquement orchestré comme un papier à musique dans son organisation d’avant, pendant et d’après match par son speaker, le CWH et sa très grosse poignée de supporters se sentaient comme chez eux.

Ca et là, l’on entendit des tribunes, des habitués Spinaliens ronchonner  » Je ne peux pas croire que cette équipe est relégable » ou « Quoi ils sont avant-dernier ? C’est une blague ? ». Car le CWH, malgré un Vozab de début de match plutôt « trop nerveux », pris rapidement la mesure des opérations dans une mi-temps sublime d’efficacité défensive et offensive, avec la réussite qui ne sourit qu’aux audacieux. Bref, le CWH était tout simplement hors norme à l’image de Gabor Kolonics ou Jérémy Rieker pour ne citer qu’eux, mais le navire Bleu (Blanc en la circonstance) tout entier fit chavirer des Spinaliens surpris et sans solutions devant tant de fougue, pour atteindre un score sans appel à la mi-temps de 8-19 !!!. Et l’on se persuada que rien de fâcheux ne pouvait désormais arriver à notre CWH, que la partition du terrain sera forcément récompensée au Buzzer final, que le maintien sportif (et donc 100% acquis) sera à la clé. Alors même si Epinal refaisait surface pour s’incliner 28-36 (presque le score de l’aller) et ainsi éviter une humiliation devant ses supporters (et c’était très bien comme cela), le CWH avait fait le boulot pour attendre le verdict des autres résultats.

Si l’on attendait pas grand chose du côté de Sarrebourg qui recevait Saint Ouen (et nous avions raison), l’espoir se nourrissait de la probable victoire de Vernouillet face à Sélestat II qui dégraderait automatiquement d’une place les Violets vers la position de relégable. Mais, au moment du regroupement de liesse des supporters, joueurs et encadrant sur le plateau du Palais, la bière avait quelques 15 minutes plus tard, un goût très amer. Le mauvais sort, une fois de plus,  s’acharna encore et toujours, la (mauvaise) nouvelle venait de tomber; Sélestat venait de réussir le match nul. Même nombre points (40) mais les confrontations directes donnent comme résultante un avantage aux Violets avec un goal-avérage  particulier de +1. Un but sur une saison, le but de trop !

Aussi incroyable que cela puisse paraître au vu des dernières sorties, le CWH est avant-dernier, relégable sportif; on attendra les décisions sur tapis vert et je me garderai de faire tout commentaire ou pronostic à ce sujet.

Avec 6 points de retard seulement sur le 5ème du classement, avec 1 but (tiens encore) inscrit en moins sur la saison que …Saran le 1er et 1 de plus, décidemment, que Belfort le 3ème ! Cette peu enviable place de relégable aurait pu toucher tout le monde. On regrettera ce but pris à la dernière seconde contre Saint-Gratien, ce retour de Sélestat à Cernay alors que le CWH tenait le match…stop. La bière n’est plus amère maintenant, elle est tout simplement imbuvable. Faut rentrer maintenant, il est tant de repasser le col du Bussang, bon sang quelle soirée ! Vive le sport et vive le CWH !

 

L’AVANT – MATCH : Itinéraire vers le maintien à Epinal

 

1. Cernay – Grâce à un succès dans les Alpes face à la réserve de Chambéry, le CWH et sa triplette de Croates, annoncent la couleur. L’espoir d’une saison « calme » voir plus, pointe déjà le bout de son nez. Hélas, mille fois hélas….

2. Vieux Thann – …Les vieux démons resurgissent déjà. Le CWH reçoit Saran et la fessée qui va avec. Saran trop fort ou le CWH trop juste ? Un peu des deux mais on ne va pas paniquer. Dommage, pour une 1ère à domicile.

3. Thann – L’occasion était trop belle pour se racheter à domicile qui plus est, face à la réserve de Sélestat. De 17-11 à 21-23, la colère gronde. Le destin de ces deux équipes, à l’arrivée, sera tellement lié mais comment pouvions-nous le savoir ?

4. Bitschwiller Les Thann – Une nouvelle fois le CWH échoue, pas dignement, à Belfort et revient en Alsace avec une valise trop lourde à porter. On se croit revenu à la saison dernière…

5. Willer sur Thur – Prononcer Saint Ou Un pour Saint Ouen. Vive la seconde victoire du championnat contre…le dernier de la classe. C’est qui le cancre juste au-dessus, pas le CWH, pas encore !

6. Moosch – C’est moche, en revenant de Lorraine avec ses grands sabots, le CWH n’avait pas la bonne pointure. Une défaite qui fait mal et installe le doute. Et si la mauvaise blague recommençait ?

7. Malmerspach – Le mal est là, la malédiction aussi. Le CWH  tombe 28-29 à 1 seconde du coup de sifflet final face à Saint-Gratien. La salle entière est sans voix et sous le choc.

8. Saint Amarin – A Vernouillet dans l’eure et Loir, le CWH n’était pas à l’heure. A quel Saint devra t’on se vouer maintenant? Avant-dernier, en pays de connaissance.

9. Ranspach – Semur En Auxois, l’un des favoris a mal débuté et se refait une santé en s’imposant 33-30 au CWH. Les Bleus n’ont pas démérité mais le bilan comptable est catastrophique !

10. Urbès – Avec David pour le restant de la saison, sans Vozab ce soir là et sans points aussi. A Nanterre, la crise couve ! Demain, beaucoup de lacets pour accéder au col, sortie de route interdite.

11. Col de Bussang – Mi-parcours, on reçoit…Epinal, forcément. Les Vosgiens repasseront par le col mais battus. Enfin des sourires à Cernay et de l’espoir.

12. Bussang – Battre Saran, le leader, ça rend plus fort, oui, mais…voilà. Le CWH s’installe très inconfortablement à cette 11ème place au classement général.

13. Saint Maurice sur Moselle – Revoilà Chambéry. Que de bons souvenirs. Le CWH a la bonne idée des les faire perdurer et prouve qu’il aime les clubs montagnards…

14. Fresse sur Moselle – Pour la 1ère fois de la saison, le CWH enchaîne deux résultats positifs grâce à une victoire à Sélestat, tiens tiens….!

15. Le Thillot – Match magnifique face au voisin Belfort, cinq dernières minutes catastrophiques….

16. Ramonchamp – L’occasion de se rassurer, un peu, face à la lanterne rouge. La lanterne orange passe à l’orange….

17. Ferdrupt – On se souviendra longtemps des joyeux lurons de Sarrebourg. Pour le CWH la musique est toujours la même…

18. Rupt Sur Moselle – Rupt Thur à Saint Gratien. Le CWH se noie.

19. Remiremont – On commence à évoquer avec insistance les difficultés de Sélestat en LNH qui plongerait….blablabla. Le CWH se défait, avec panache, du 3ème Vernouillet.

20. Saint Nabord – A prime abord sans chance réelle à Semur qui guette le faux pas de Saran. Ce fût le cas, mais avec les honneurs.

21. Arches – Victoire de l’espoir face à Nanterre. Arche de Noe sous forme de bus et non de bateau pour le dernier espoir à Epinal, des montagnards. Ils nous ont tellement bien réussi cette saison !

22. Epinal – Joueurs, dirigeants et supporters, c’est maintenant à vous d’écrire la fin de l’histoire et de choisir l’itinéraire du retour !

N1. Journée 21 – CWH / ES Nanterre : 35-31

Soirée de liesse, saison de stress

Il valait mieux ne pas arriver en retard hier à la salle Thierry Omeyer. D’abord parce que le club a tenu à remercier à sa juste mesure son cerbère Croate, Tomi Vozab, par un joli drapeau à son effigie et par des applaudissements nourris d’un public, nourris justement, de ses nombreuses réussites et facéties, signes du joueur exceptionnel qu’il est. Mais nous reviendrons sur Tomi avec un article qui lui sera spécialement dédié. Ensuite, comme si tout était écrit en avance, le CWH nous entraîna dans une dramaturgie insoutenable. Lorsque, au bout d’à peine 10 minutes de jeu, le tableau de marque affola les compteurs (4-12), nous savions que la pire entame de match, le pire scénario de cette saison de souffrance, venait de se produire. Le club voisin du quartier de la Défense prouva en un clic qu’il avait surtout une attaque, jouant incroyablement vite avec un collectif aux petits oignons. Des larmes aux yeux ?

Qu’à cela ne tienne, elles n’eurent pas le temps de sêcher, que cette incroyable équipe Cernéenne décupla ses efforts pour recoller à un but à la pause mettant la salle en ébullition (enfin) et trouvant ainsi l’adhésion d’un allié tant attendu pour une seconde période de feu! Mouvements collectifs, tirs canons, passes en aveugle, parades de gardiens, pluie de sanctions, ambiance d’un public des grands soirs, tous les ingrédients finalement étaient au rendez-vous pour une précieuse recette de points. Lorsque, à deux minutes du buzzer final, nous comptions trois unités d’avance, Nanterre avait compris que l’on n’enterre pas le CWH ce soir. Et toute une salle avait ressuscité, comme si toute une saison de galère, où nous avons tous été esclaves du mauvais sort, venait de rompre et de porter l’offrande d’un maintien sportif…jusqu’à la lecture des résultats des adversaires directs, une fois de plus pas favorables !

Mais nos Bleus auront définitivement prouvé hier soir qu’ils savent déplacer les montagnes à défaut de les renverser. Cela tombe bien pour le dernier déplacement, dans les Vosges justement, à Epinal. Vaincre et attendre les résultats de Sarrebourg et Sélestat II. Voilà c’est tout aussi simple que cela…sur le papier. D’ailleurs, si vous pouviez m’autoriser à écrire l’histoire en avance, croyez moi, …je suis sûr de mon scénario !

L’AVANT MATCH

La clôture de la saison à domicile, sous haute tension !

Ce soir nous clôturerons la saison de N1 du CWH à domicile avec la réception de Nanterre – 20h30 salle Omeyer– .

Nous clôturerons aussi la 4ème saison consécutive à ce niveau qui a vu le CWH être « repêché administrativement » lors des deux dernières. Et il n’est pas exclu que l’expression « jamais deux sans trois » ne s’applique pas à nouveau, au profit du CWH cette fois. Au détriment du Sélestat de l’élite, dont les déboires pourraient plonger l’équipe espoir en N2. Rien de réjouissant et de souhaitable pour le handball alsacien pour autant. Mais plutôt que de miser sur une décision de bureau, le CWH cherchera  être le bourreau de sa poisse sur le parquet pour mériter son statut. Car si l’on y regarde de plus près, le CWH n’était que rarement loin du succès dans ses rencontres à domicile, autant par le résultat que par la manière. Et ce soir il faudra vaincre des Parisiens qui n’ont plus rien à gagner, n’y à perdre. Ils joueront sans stress aussi. Et sur ce point pas sûr qu’il y ait égalité. Ca tombe bien, puisque c’est la victoire que nous recherchons; attendre le prochain et dernier match à Epinal, nous le savons tous, sera bien trop tard.

Nous donnons donc rendez-vous  à nos supporters pour la dernière à domicile de la saison qui hélas signifiera aussi  la dernière de  Tomi Vozab sous les couleurs Cernéennes. Une belle occasion aussi de le remercier une dernière fois!

 

1/2 Finale coupe d’Alsace Senior – MHSA 2 / CWH 1 : 34-33

Un costume mal taillé

Lors des quarts, Sélestat remporta le débat sportif face au CWH. Cependant, en alignant Edouard Kempf, bien connu de la maison cernéenne, les violets furent sanctionnés par le règlement qui interdit d’aligner un joueur de 16 ans. Une manière sans doute de protéger la jeunesse, de compliquer les règles et de tirer une balle de plus dans le pied d’une coupe d’Alsace qui finira par n’intéresser plus personne. Le CWH se retrouva ainsi sur le parquet de la salle Jean Mermoz, baptisée ainsi en mémoire de l’aviateur disparu.

Alors, comme un avion sans ailes, le CWH, à l’issue de la soirée, fini par s’abîmer, par manque de motivation sur une fringante équipe Mulhousienne où les anciens Cernéens se firent une joie de se rappeler au bon souvenir. Nous laisserons le soin à la presse spécialisée de détailler les faits de match. Pour ma part, je n’ai pas vu grand chose si ce n’est du déjà vu. Et si à la fin de cette confrontation le score avait l’allure d’une sérieuse empoignade, c’est plus la peur de gagner de la jeune équipe de N2 qui aura remis la formation du CWH en selle, que la franche volonté de vaincre de cette dernière , jamais vraiment en situation de vouloir hisser le niveau de jeu.

Gaby, seul cadre à la hauteur de sa tâche et exempt de reproches; il fut malheureusement bien seul à surnager.  Crédit photo : Sabrina K.

Gaby, seul cadre à la hauteur de sa tâche ; il fut malheureusement bien le seul à posséder l’envergure d’un joueur de N1 hier soir.
Crédit photo : Sabrina K.

Alors certes, des échéances plus importantes attendent nos Bleus les prochaines semaines et nous sortons de cette « confrontation » sans blessés. L’objectif de la saison est autre. Mais, par dépit, il s’avère être le même chaque année et nous ne pouvons nous en contenter. Le maintien « sportif » en N1 doit devenir une nécessité mais également une fierté, fierté dont nous avons cruellement fait défaut hier soir. Et cela n’est pas encourageant, quoi que l’on en dise.

L’AVANT – MATCH

Retrouvailles 

Demain à Wittelsheim, sur le coup des 19 heures deux jeunes du MHSA 2 vont peut-être, ou probablement, se retrouver nez à nez avec le club de leur début, celui qui les a formé pour tenter l’aventure au plus haut niveau.

L’un d’eux est Alex Dentz, le fils de l’un des meilleurs sifflets de l’hexagone. On se souvient, sauf si l’on a la mémoire courte, d’un formidable demi-centre, jeune, explosif, roi du 1 contre 1, spécialiste de la passe en aveugle pour alimenter les pivots. Durant ces deux saisons 1/2 en championnat de France séniors (N2 et N1) avec le CWH et sortant avec force des -18 du club, il marqua déjà les esprits avec plus de 110 buts inscrits. Il fut notamment l’un des artisans de la montée du CWH de la N2 vers la N1…..

Le second est Arthur Muller qui eu moins l’occasion de s’affirmer avec les seniors   (quelques apparitions en 1 ) mais  jouait déjà l’artilleur chez les -18 avec  » un bras » qui visiblement n’a pas faibli.

252170_2207418595853_7888987_n  Alex Dentz (34) et Arthur Muller (7)

Avant – Matches

images

Définition : Ville médiévale de 4200 habitants en Bourgogne ; derniers duels célèbres connus, en l’an 2015, les 18 & 19 avril contre des assaillants venus du Comté de Cernay.

Et oui c’est ici que se joueront les destins des équipes de « nationale » du CWH ce week-end.

D’abord, la troupe à David Schneider et Serge Beyer se mesurera ce Samedi soir à 20h30 face au dauphin de la poule, toujours aux aguets d’un faux pas de Saran. Tout porte à croire que Tomi Vozab a deux raisons de battre Semur dans quelques heures….

Le dimanche à 16 heures, ironie des calendriers, les -18 joueront leur avenir au niveau du championnat de France contre ce même Semur dans la même salle où leurs aînés auront croisés les fers 20 heures plus tôt.

Mais il me semble bien que la potion magique du druide Schneiderix, confectionnée à l’issue du match aller, est maintenant mature pour réussir une belle croisade en ces terres de conquête.

 

 

N1. Journée 19 – CWH / Vernouillet : 40-38

De très bonnes raisons d’y croire !

Au-delà du résultat sportif et comptable, le CWH a fait preuve d’une belle cohésion d’ensemble, fruit des progrès évidents du groupe et palpables depuis quelques semaines déjà. Ce soir, tout simplement, la victoire était au rendez-vous comme elle aurait pu l’être face à Belfort ou Sarrebourg si le mauvais sort n’avait pas décider de changer la tournure des événements.

Pourtant le CWH avait bien du mal à rentrer dans un match qui débutait au petit trot et ou le visiteur d’Eure et Loir, montrait qu’il était, lui, déjà bien à l’heure au bout du premier quart  (08-12). Meilleure attaque du groupe, les coéquipiers de l’ex « Barjot » Zuzo, étaient dans leur moyenne et ça c’était pas un bon signal du tout. D’autant plus que Luka Trojko devait rapidement rejoindre le banc pour un coup sur le genou.

Sans vouloir refaire le match on retiendra la forte abnégation du groupe à recoller au score et à l’inverser à son tour à + 4 à 10 minutes du coup de sifflet final. En misant sur la variété des mouvements d’attaque, sur des contres, « enfin ! », des services aux pivots et sur des individualités de feu, le CWH s’est mis au diapason de celui avec qui il faudra compter au moment du décompte final.

La jonction avec le groupe des « relégables potentiels » vient d’être faite.  De candide, le CWH a muté en candidat pour le maintien avec force, caractère et conviction. On en restera là pour aujourd’hui en ce beau dimanche ensoleillé. Si ça ce n’est pas un signe !

 

La galerie photos de Sabrina

 

N1. Journée 17 / CWH – Sarrebourg : 28-29

Le son et la leçon

Il n’y avait pas une place d’écart au classement général hier soir entre le CWH et son adversaire du jour le Sarrebourg HB. Il y avait un monde. Un monde de cinquante joyeux lutins armés jusqu’aux dents de tambours et de tambourins et mettant une ambiance telle que le but vainqueur des Lorrains était leur dédicace.

Alors oui nous avons pris une leçon ce soir, non pas nos handballeurs mais nous supporters. Ceux qui voulaient vraiment voir leur équipe évoluer en N1 la saison prochaine sont repartis avec des certitudes. Alors oui, nous n’avions que la voix à opposer aux « instruments » Lorrains diront, sans jeu de mot, les mauvaises langues. Mais que voulons-nous au juste ? On ne peut mettre à défaut les joueurs, le jeu, les faits de matches quand nous même ne sommes capables de les aider un temps soit peu.

Deux genoux à terre ? Il reste l'espoir et le talent Photo : Sabrina.K

Les genoux à terre ? Il reste l’espoir et le talent
Photo : Sabrina K.

Car le niveau et l’intensité de la rencontre étaient tout simplement exceptionnels. Sûrement pas d’un  niveau de relégables de N1 ! Pris à froid, le CWH accusait déjà 7 buts de retard, Vozab inscrivit son 1er but à la 18ème minute !!! et nous étions tous très inquiets. Il a fallu que David Schneider, comme à son habitude, montre la voie, jamais battu et entraînant dans son sillage sa formation vers une remontée fantastique. Recollant au score à l’entame de la seconde mi-temps, nous eûment droit à un chassé-croisé intenable avec des phases de jeu superbes, des arrêts de gardien absolument magnifiques, un esprit sportif respectueux mais hélas avec un épilogue tragique pour nos couleurs.

Alors maintenant, dans les derniers 10 Km du marathon de la saison, le CWH devra trouver des ressources supplémentaires pour se permettre d’y croire. Mais les dernières prestations, avec un niveau de jeu en très net progrès, je m’autorise à croire à une fin de saison à rebondissement pour arracher le maintien. Ce sera sans doute mon meilleur vote en ce dimanche d’élection.

Pour nous contacter :

Get in touch with us!