26 avril 2015 Florent GAROT

1/2 Finale coupe d’Alsace Senior – MHSA 2 / CWH 1 : 34-33

Un costume mal taillé

Lors des quarts, Sélestat remporta le débat sportif face au CWH. Cependant, en alignant Edouard Kempf, bien connu de la maison cernéenne, les violets furent sanctionnés par le règlement qui interdit d’aligner un joueur de 16 ans. Une manière sans doute de protéger la jeunesse, de compliquer les règles et de tirer une balle de plus dans le pied d’une coupe d’Alsace qui finira par n’intéresser plus personne. Le CWH se retrouva ainsi sur le parquet de la salle Jean Mermoz, baptisée ainsi en mémoire de l’aviateur disparu.

Alors, comme un avion sans ailes, le CWH, à l’issue de la soirée, fini par s’abîmer, par manque de motivation sur une fringante équipe Mulhousienne où les anciens Cernéens se firent une joie de se rappeler au bon souvenir. Nous laisserons le soin à la presse spécialisée de détailler les faits de match. Pour ma part, je n’ai pas vu grand chose si ce n’est du déjà vu. Et si à la fin de cette confrontation le score avait l’allure d’une sérieuse empoignade, c’est plus la peur de gagner de la jeune équipe de N2 qui aura remis la formation du CWH en selle, que la franche volonté de vaincre de cette dernière , jamais vraiment en situation de vouloir hisser le niveau de jeu.

Gaby, seul cadre à la hauteur de sa tâche et exempt de reproches; il fut malheureusement bien seul à surnager.  Crédit photo : Sabrina K.

Gaby, seul cadre à la hauteur de sa tâche ; il fut malheureusement bien le seul à posséder l’envergure d’un joueur de N1 hier soir.
Crédit photo : Sabrina K.

Alors certes, des échéances plus importantes attendent nos Bleus les prochaines semaines et nous sortons de cette « confrontation » sans blessés. L’objectif de la saison est autre. Mais, par dépit, il s’avère être le même chaque année et nous ne pouvons nous en contenter. Le maintien « sportif » en N1 doit devenir une nécessité mais également une fierté, fierté dont nous avons cruellement fait défaut hier soir. Et cela n’est pas encourageant, quoi que l’on en dise.